Critique - Origine cover image

Et voilà, l'année se termine sur un dernier Vendredi Lecture, après une longue pause je l'avoue. Et c'est au final la suite d'Inferno, ma dernière critique qui clôturera l'année : Origine de Dan Brown, la dernière aventure en date du Professeur Robert Langdon. J'étais quelque peu fébrile vis-à-vis de ce nouvel opus car j'avais tellement été emporté par Inferno avec son final très fort et puis tellement déçu par son adaptation que je ne savais pas à quoi m'attendre de la part de Dan Brown.

Le pitch

Le Professeur Robert Langdon est convié par un de ses anciens élèves devenu un ami, Edmond Kirsch, à une mystérieuse conférence organisée au musée Guggenheim de Bilbao. Edmond Kirsch est un futurologue et est devenu un milliardaire dans les nouvelles technologies.
Aucune indication sur le contenu de cette conférence n'est fournie à Robert Langdon mais l'invitation s'accompagne d'un billet d'avion. Poussé par la curiosité et l'amitié, le professeur Langdon s'envole pour Bilbao où il s'aperçoit que son ami a réussi à réunir un parterre de stars pour sa présentation. La présentation débute et Edmond semble vouloir répondre aux 2 questions fondamentales de l'Humanité : d'où vient-on et où va-t-on ? Seulement tout ne se passe pas comme prévu lorsqu'Edmond se fait assassiner sur scène, juste avant d'avoir pu révéler au monde ses découvertes.
Robert va alors se mettre en quête d'un moyen de trouver l'assassin de son ami et de diffuser les résultats de ses recherches pour que sa mort ne soit pas vaine, aidé par Ambra Vidal, conservatrice du musée, et le mystérieux Winston. Est-ce que quelqu'un ne voulait pas voir ces découvertes rendues publiques ? Serait-ce une religion qui aurait peur de voir ses fondations ébranlées trop profondément ?

Mon avis

Tout comme Inferno, l'intrigue est ici une course-poursuite sur une piste pour déterrer un secret "récent" et non un secret enfoui sous des siècles de mascarade comme pour le Da Vinci Code. On est également dans une unité de temps très courte car la trame principale se passe sur une seule nuit (mais intense hein!).
Néanmoins, je n'ai pas réussi à ressentir le sentiment d'urgence qu'il y avait dans les autres romans comme Anges & Démons ou Inferno. Ici il n'y a pas de compte à rebours contre lequel courir. Nouveauté bienvenue cependant, la quête dans laquelle se lance Langdon est cette fois-ci pleinement assumée dès le départ par ce cher professeur. Il veut trouver le moyen de rendre public la découverte de son ami assassiné sous ses yeux. Mais de part la nature même de la course aux trésors à laquelle il se livre, le symbolisme est ici très peu présent au final. On est plus proche d'un petit poucet qui aurait tout de même laissé de gros cailloux.
On retrouve également l'affrontement entre religion et science, bien que prenant une grande place dans le roman, c'est somme toute très comparable à ce qui était présent dans les opus précédents.
Après quelques romans de Dan Brown on commence également à être habitué au rythme mais aussi aux différentes péripéties qui peuvent arriver. Du coup, ça ne m'a pas aidé à me plonger sans retenue dans cet opus car j'avais l'impression d'entrevoir la suite des événements trop facilement. Ce sentiment a tout de même était partiellement démenti sur la fin.
Enfin, le thème central de la quête est d'obtenir LA réponse à LA question tout de même! Et c'est peut-être ça qui m'a tenu le plus en haleine, savoir quelle théorie était avancée. D'autant plus qu'en préambule de l'opus, il est clairement indiqué que toutes les technologies et théories évoquées existent. Tout comme dans Inferno où Langdon court après un virus qu'il sait dangereux mais sans savoir pourquoi, ici il court après une preuve scientifique en ne sachant rien dessus sauf qu'elle ébranlerait toutes les religions. J'ai pensé rapidement à "La Formule de Dieu" de José Rodrigues dos Santos mais au final ça s'en éloigne rapidement (et heureusement...). Chez Brown, on trouve beaucoup plus de sciences récentes et beaucoup de thèmes sont abordés : les nouvelles technologies, la communication, l'IA, le transhumanisme... Ce sont des thèmes très actuels et une bonne partie m'a semblé cohérente. Tous ces thèmes sont chers à Elon Musk et je pense qu'il a beaucoup inspiré le personnage d'Edmond, jusqu'au clin d’œil qui lui est fait dans ce roman.
Je trouve dommage qu'Origine ne fasse pas plus de lien avec Inferno tant le pont aurait été aisé sur la fin. A peine trouve-t-on 2 références au Da Vinci code qui sont plus là pour rappeler qu'il s'agit du même auteur qui a écrit Origine et le best seller. C'est presque comme si Inferno avait été gommé de l'univers canonique de Langdon alors que ça aurait pu s'intégrer, surtout dans sa conclusion. Celle-ci est intéressante mais comme je le disais plus tôt je l'ai un peu vue venir et ce n'est pas si original. Malheureusement, si je veux aller plus loin sur cette analyse, je devrais spoiler la fin, donc peut-être dans un billet dédié (c'est la limite de la critique après tout). Mais je vous encourage tout de même à lire cet opus pour vous forger votre propre idée.

Conclusion

Histoire Moins happé par la course poursuite que par la réponse cherchée
Univers Rien de nouveau mais dommage d'avoir décorrélé Inferno
Personnages Une bonne évolution de Robert ici et j'ai adoré Winston!
Ecriture Ça se lit toujours aussi vite!
Un peu dommage

Si vous avez envie de lire ce nouvel opus, cette fois je ne vais pas vous donner une librairie mais plutôt un portail qui référence les librairies indépendantes sur lequel vous aurez le choix et vous pourrez peut-être découvrir une commerçant près de chez vous. Donc on va ici pour avoir la liste!

A bientôt tout le monde, merci de m'avoir suivi cette année au travers des divers post, critique, un premier invité... On verra la suite, j'ai des idées pour aborder d'autres thèmes mais à voir si j'arrive à les mettre en mots. Profitez bien!