Critique - La formule de Dieu cover image

Bonjour à tous, pour cette nouvelle critique je vais me pencher sur "La formule de Dieu" écrit par José Rodrigues Dos Santos. J'avoue avoir profité d'une offre de la Fnac pour le lire mais ce genre de romans me plait généralement (je ferais une critique d'Inferno de Dan Brown prochainement). Je ne connaissais pas cet auteur portugais et, en regardant rapidement la note amazon et fnac, j'avais ce roman dans mon sac.
Promis je fais mon possible pour ne pas mettre de spoilers dans cette critique mais j'irais tout de même un peu plus loin de que le pitch officiel du livre, désolé par avance. Et bien sûr, ça reste un avis très personnel et subjectif. Paré ? Alors suivez-moi!

Le pitch

Tomas Noronha, historien et expert en cryptologie originaire du Portugal, est approché lors d'une mission au Caire par une jeune femme iranienne pour décrypter un document laissé par Albert Einstein sur une recherche non rendue publique. Cette recherche aurait été initiée suite à un entretien en 1951 entre Einstein et David Ben Gourion, « premier » Premier Ministre de l'État d'Israël nouvellement constitué. Cette entrevue avait été espionnée par la CIA mais la seule version du manuscrit se retrouve aux mains de l'Iran.
Tomas se retrouve donc en position d'agent double en Iran : il doit déchiffrer l'énigme qui se trouve dans le manuscrit mais doit fournir le résultat à la CIA qui craint qu'une fois déchiffré le manuscrit fournisse les plans d'une bombe atomique puissante et aisée à assembler.
Tomas se voit donc projeter dans une course contre la montre pour déchiffrer le manuscrit, dans un voyage qui va mélanger sciences de pointe et religion pour découvrir ce qu'il contient.

Mon avis

Bien que j'apprécie le genre de ce roman (quand c'est bien fait) et bien là je suis déçu. Vous l'aurez compris, cette critique est la première négative sur ce blog (ça arrive aussi) et ce malgré les bonnes notes données par de nombreux lecteurs sur Amazon, Babelio ou autre sites.
Commençons avec les personnages, notamment Tomas. Pour un professeur d'Histoire, expert en cryptographie et fils d'un grand professeur de mathématiques, je trouve son inculture abyssale. Bon, je peux passer facilement sur ses lacunes en physique avancée puisque son père est dépeint comme absent, dans son univers et peu communicatif (et il n'est que mathématicien, pas physicien). Mais ce professeur émérite a aussi beaucoup de mal avec les religions et même leurs concepts fondamentaux. Pour un historien, c'est tout de même un peu limite. On se retrouve donc avec Tomas qui, au détour de ses rencontres, va écouter d'interminables monologues entrecoupés de LA phrase de Tomas : "Je comprends". On l'imagine même dodeliner de la tête. Alors oui ça aide la vulgarisation et non je ne m'attends pas à ce qu'il soit un expert parfait mais il semble manquer tout de même de certaines bases qu'un historien doit avoir et du coup ça se retrouve mal amené et lourd.
On passera rapidement sur la relation entre Tomas et sa contact iranienne qui est d'une niaiserie absolue ou presque.
Le personnage de l'agent de la CIA Bellamy a également un gros souci de temporalité : il est censé avoir fait partie de l'équipe qui espionnait Einstein en 1951 (et il n'était déjà plus un bleu) mais il est encore là dans le roman, loin d'être vieux ce qui devrait placer le roman aux alentours de 1990/2000 au plus tard (disons qu'il avait 20 ans en 51 - et je suis généreux - ce qui lui ferait 60/70 ans même si la description me ferait pencher pour un âge d'environ 50/60 ans) mais le roman est plus contemporain. Sans doute les lois de la relativité l'ont-elles touché. De plus, après avoir enregistré cette conversation et l'ayant faite traduire correctement, une grande partie de la course folle du roman serait nulle et non avenue puisque les protagonistes sauraient dès le départ ce qu'ils cherchent. Et la CIA n'auraient pas lâché l'affaire.
Les autres personnages rencontrés au cours du périple de Tomas sont quant à eux bien prompts à s'ouvrir à un parfait étranger sur leurs sujets d'études qu'ils ont parfois conservé secrets des dizaines d'année (ok, là c'est peut-être un peu de mauvaise foi car il faut bien que le récit avance aussi).

Sur la partie scientifique en elle-même, j'avais entendu parler de bon nombre des théories ou études utilisées dans le roman ainsi que certaines expériences également présentées. Je trouve même que ça pourrait presque s'enchainer correctement et on peut se laisser porter (sans doute qu'un physicien plus au fait serait quant à lui totalement opposé à ces idées) mais il y a tout de même quelques problèmes :

  • Déjà un problème de traduction dans la version française (au moins) : on ne parle pas de force forte et de force faible mais d'intéraction forte/faible en physique. Dommage pour un roman qui se veut scientifique.
  • On passera également sur le déterminisme acharné qui fait l'impasse par exemple sur le principe de mutation génétique spontanée (coucou Darwin) et qui fait passer le libre-arbitre pour un enchainement de causes à effets certe complexe mais hors de contrôle.
  • Sur le principe qui dit que si on connaissait à un instant t la position de chaque particule de l'univers et leur vitesse on pourrait prédire l'état suivant de l'univers, voir le futur. Il faut bien comprendre qu'on aurait une prévision immédiate pour l'instant suivant et non toute la suite des évènements (ce qui supposerait également que le calcul soit effectué plus rapidement que la vitesse de la lumière sinon le moment suivant sera passé).
  • Il y a d'autres exemples comme ceux-là un peu partout sur le chemin.

Conclusion

Histoire Trop d'anachronismes et de rebondissements improbables (enfin plus que dans d'autres histoires similaires)
Univers Ici il s'agit de notre monde contemporain. Pas d'originalité mais pas de problème non plus.
Personnages Le personnage principal est une catastrophe.
Ecriture Les monologues interminables pèsent sur le récit par rapport au reste.
Bof

Comme je le disais précédemment, je suis assez déçu par cette histoire. Je ne m'attendais bien sûr pas à une œuvre de vulgarisation mais le rythme est plutôt lent, le personnage principal pataud et sans réelle profondeur et j'ai trouvé la conclusion bancale. Une suite est déjà parue, "La clé de Salomon" mais pour le moment je vais m'abstenir.
Pour ceux qui veulent tout de même se faire une idée par eux-mêmes, vous pouvez vous rendre sur Amazon. Après tout ce n'est qu'un avis parmi d'autres.
Bonne soirée à tous et à bientôt pour une nouvelle critique.